L'après-amputation

Votre rétablissement et la guérison de votre moignon constituent les premières étapes post-opératoires, indispensables à votre réhabilitation et la mise en place d’une prothèse.


Rétablissement à l'hôpital

Réveil

Suite à votre amputation, votre membre est enveloppé de bandages et un drain est mis en place afin de guider les sécrétions et le sang à l’extérieur de la plaie.

Dans la plupart des cas, la plaie se ferme et forme une cicatrice durant les trois à quatre premières semaines suivant l’opération. Si la plaie vous paraît cicatrisée, la guérison complète prend cependant davantage de temps.

Posture

Lors de votre rétablissement à l’hôpital, il est important que votre corps conserve une bonne posture de façon à ce que les muscles et les articulations ne s’amoindrissent ni ne se raidissent et que le moignon ne perde pas en mobilité.

La meilleure position n’est pas systématiquement la plus confortable et indolore.

Soin du moignon

Thérapie par compression

En exerçant une compression sur le moignon, l’œdème peut être réduit et le moignon préparé à la mise en place de la future prothèse. La compression favorise également la circulation dans le moignon, réduit les douleurs et améliore la cicatrisation de la plaie.

Un bonnet de contention et des manchons en silicone peuvent être par ailleurs utilisés en complément.

Soin de la peau

Afin d’empêcher votre peau de devenir rugueuse et écailleuse, le moignon doit être nettoyé avec de l’eau chaude et un savon doux tous les matins et soirs avant d’être soigneusement séché et crémé. Si des plis de la peau ou des cicatrices rétractées, aussi appelées invaginations, se forment, une attention particulière doit leur être portée pour éviter toute infection.

A l’aide d’un miroir, vous pouvez par ailleurs vérifier l’absence d’escarres, de cloques ou toutes autres blessures qui nécessitent un traitement médical.

Exercices

Membres inférieurs

Après l’amputation, il est fréquent de mettre davantage de poids et de pression sur sa jambe saine. L’équipe de soins vous aide à trouver les meilleures façons de garder votre membre fonctionnel en bonne santé.

Dans certains cas, une prothèse initiale est mise en place dix jours après l’amputation pour supporter une petite charge de poids et démarrer les premiers exercices de marche.

Membres supérieurs

La perte d’un membre peut provoquer un déséquilibre et une mauvaise posture du corps, il est donc important de maintenir votre torse et votre dos correctement pour éviter le développement de malpositions et faciliter la transition avec la prothèse.

Des exercices de motricité, de dextérité, et de force de votre membre fonctionnel sont également recommandés. Plus vous serez à l’aise avec ce dernier, plus vous serez capable de réaliser les tâches de la vie quotidienne et prendre soin de vous. Vous pouvez vous lancer des défis tels que l’écriture ou le brossage des dents.

Syndrôme du membre fantôme

Le syndrôme du membre fantôme, qui touche un petit nombre de patients, implique des douleurs au niveau de la partie amputée du corps. Plusieurs méthodes existent pour le traiter.

La chirurgie est parfois utilisée pour raccourcir les nerfs et les vaisseaux sanguins.

La thérapie du miroir peut se révéler également bénéfique : en positionnant un miroir entre vos jambes ou vos bras de façon à ne voir que votre membre sain et en bougeant ce dernier, vous compensez l’absence de membre par l’envoi d’un message visuel au cerveau. Celui-ci croit alors que le membre amputé fonctionne à nouveau.

Par ailleurs, exercer une compression sur le moignon ou porter une prothèse peut alléger la douleur.