Douleur fantôme

Le syndrome du membre fantôme touche de nombreuses personnes et implique une douleur au niveau du membre amputé. Les experts estiment que près de 70% des personnes amputées en souffrent, temporairement dans la plupart des cas. La tension psychologique chez les personnes touchées est parfois très forte. Il existe différentes théories sur les causes de cette douleur fantôme et divers traitements sont aujourd’hui disponibles. Parlez-en à votre médecin, votre kinésithérapeute ou votre orthoprothésiste. Ils travailleront avec vous pour trouver une solution qui vous soulage.


Causes de la douleur fantôme

Il existe plusieurs théories sur l'origine de la douleur fantôme. Selon la plus courante, le cerveau dirige différentes régions du corps. Lorsqu'une partie du corps manque, il interprète l’absence de signal-retour comme une douleur. Dans ce contexte, il est intéressant de noter que les personnes atteintes de malformation congénitale d'un membre (dysmélie), ne souffrent pas aussi souvent de douleurs fantômes. La mémoire de la douleur semble également jouer un rôle important. En effet, une douleur déjà présente avant l'amputation pourrait affecter le développement de la douleur fantôme et doit être prise en compte lors du choix du traitement.

Types de douleur fantôme

La douleur fantôme est très personnelle et dépend de nombreux facteurs. Elle touche les personnes amputées d'une jambe ou d'un bras et peut être déclenchée ou intensifiée par la météo, l'exposition au froid ou le stress émotionnel. Elle peut survenir à certains moments seulement, comme diminuer ou augmenter progressivement, ou encore être permanente. Le type, l'intensité et les caractéristiques de la douleur diffèrent également. Ainsi, les personnes affectées parlent de douleurs semblables à un tir, un piercing, une brûlure ou une crampe. La douleur fantôme est à distinguer des sensations fantômes ou du membre perdu qui ne sont quant à elles pas douloureuses.

Traitement de la douleur fantôme

Plusieurs types de douleur peuvent survenir dans le moignon après une amputation. Il est notamment important de distinguer la douleur du moignon de la douleur fantôme car elles sont toutes deux traitées différemment.
Dans le cas d’une douleur fantôme, la combinaison de plusieurs thérapies est recommandée. En effet, il n’existe pas de traitement standard universel qui fonctionne efficacement chez tous les patients. En outre, de nombreuses thérapies se déroulent sur le long terme et nécessitent la participation active du patient. Assurez-vous d’en parler à votre médecin ou votre thérapeute, qui vous soutiendront au mieux en vous proposant la combinaison de traitements la plus appropriée.

  • Thérapie miroir : en positionnant un miroir entre vos jambes de façon à ne voir que votre membre sain et en bougeant ce dernier, vous compensez l’absence de membre par l’envoi d’un message visuel au cerveau. Celui-ci croit alors que le membre amputé fonctionne à nouveau. Ce membre dit « fantôme » peut ainsi être déplacé à dessein et être soulagé de ses douleurs grâce aux mouvements du membre sain. Des résultats comparables peuvent être obtenus en regardant des photographies afin d’entraîner la mémorisation droite/gauche.
  • Thérapie sensitive : le massage du moignon par une thérapie thermique ou électrique ou par ultrasons stimule les nerfs via la peau.
  • Port d’un manchon ou d’une prothèse : chez de nombreuses personnes, la douleur est atténuée lorsqu’elles portent un manchon ou une prothèse. Ce phénomène s’explique d'une part par la stimulation sensorielle du moignon, et d'autre part par l'idée qu’avec une prothèse, la partie amputée est toujours présente et que le cerveau reçoit un signal-retour.
  • Thérapie de la douleur : votre médecin peut vous mettre en contact avec des spécialistes de la douleur. Dans tous les cas, il est important de ne pas prendre de médicaments sans l’avis d’un professionnel de santé.

Douleur du moignon

Il est primordial que vous soyez examiné(e) de manière approfondie afin de déterminer si vous souffrez d’une douleur fantôme ou d'une autre forme de douleur du moignon. Des examens médicaux aident ainsi à identifier des tissus cicatriciels gênants, des névromes douloureux, une couverture inadéquate ou un excédent des tissus mous. Votre prothèse peut également être mal ajustée. Ces causes peuvent être éliminées en adaptant les composants prothétiques ou, à long terme, par une autre intervention chirurgicale.
Cette dernière peut aider à réduire la douleur du moignon, en particulier celle ressentie dans les nerfs du moignon. Dans la mesure du possible, un traitement préventif de la douleur doit commencer pendant l'opération avec un anesthésiant local ou directement après l'opération dans le but de prévenir l'apparition de la douleur.