Rencontre avec Delphine Lécot

Du haut de ses 18 ans, Delphine, étudiante en terminale ES, revient avec beaucoup de recul et sérénité sur le chemin qu'elle a parcouru depuis qu'elle porte une prothèse.

Fin 2016, Delphine est appareillée d'une prothèse transtibiale à la suite d'un accident survenu quelques mois plus tôt. Elle ressent alors un véritable soulagement de pouvoir remarcher après cinq mois d'alitement et de rééducation intensive : « J'étais vraiment comme une gamine émerveillée devant son jouet un jour de Noël ». Contente et motivée, elle se sent très rapidement à l'aise avec sa prothèse, à tel point qu'elle abandonne ses béquilles dès le lendemain de son appareillage. D'abord perplexe à l'idée de devoir enlever sa jambe tous les soirs et la rechausser chaque matin, elle finit néanmoins par intégrer facilement ces gestes à sa routine, enthousiasmée par la joie de marcher à nouveau.

Delphine souhaitait une prothèse qui facilite son quotidien, sans la fatiguer. « Un pied pour descendre aisément les escaliers de la maison et du lycée, pour me promener avec mes amis sans devoir faire attention aux reliefs du terrain, et pour mettre des talons puisque j'en porte la moitié du temps ». Hors de question donc que le handicap bouleverse le mode de vie de cette étudiante pétillante et coquette. Elle continue de réaliser les mêmes activités qu'auparavant mais, précise-t-elle, « différemment des gens normaux, en trouvant des astuces » pour effectuer certaines tâches. Elle n'a ainsi rien changé à son quotidien depuis qu'elle porte une prothèse, à ce détail près qu'elle s'est mise au sport : course à pied, musculation, boxe, ski, escalade... Aucun sport ne semble lui résister !

Si Delphine affiche une vivacité et une bonne humeur sans faille, c'est notamment grâce au soutien de ses proches ainsi que l'accompagnement de l'équipe de rééducation qui ont joué un rôle déterminant dans l'acceptation et la gestion de son handicap : « Je n'aurais jamais eu la volonté de m'en sortir seule ». À l'heure des réseaux sociaux, elle a également reçu de nombreux encouragements de personnes qui l'ont contactée sur sa page Facebook et son compte Instagram. Elle a aussi pu découvrir le parcours assumé et réconfortant de femmes dans la même situation qu'elle. À son tour, elle souhaite être un exemple pour ces personnes qui éprouvent des difficultés à retrouver confiance en elles et surmonter leur handicap en partageant des photos d’elle et sa prothèse.

Aujourd'hui, Delphine profite pleinement de chaque instant et porte un regard serein sur son handicap : « Quoiqu’il arrive dans la vie, il faut rester positif et heureux car le temps passe vite. Montrer et assumer sa prothèse permet de mieux appréhender sa différence et peut-être de faire évoluer les mentalités à l’égard du handicap ». Elle croise d’ailleurs de nombreuses personnes à la fois intriguées par sa prothèse, bienveillantes et admiratives. « Je trouve plutôt bien que les gens s’intéressent au handicap et ne détournent pas les yeux lorsqu’ils voient une personne handicapée ».



Portraits